CUSCO

  • 01_VB01867
    Au 6ème étage, à côté du service Ophtalmologie, ce qui ressemble fort à une porte de prison.
  • 02_VB02169
    Les policiers refusent qu’on montre leur visage. Ils cachent souvent leur véritable activité dans leur quartier. Ils craignent des représailles.
  • 03_VB01713
    Le chef de poste. Les policiers appartiennent à la Compagnie de garde du Dépôt, dont Cusco est l’annexe médicalisée.
  • 19_VB01885
    9 chambres-cellules sont disposées de part et d'autre du couloir central.
  • 12_VB01732
    Les porteurs de boulettes in corpore sont surveillés, 24h/24, par un policier posté. Leur porte reste constamment ouverte, contrairement à celle des autres prévenus, qui sont enfermés.
  • 15_VB02110
    Le médecin fait sa tournée le matin avec un interne. Le temps de ses consultations, il devient auxiliaire de justice. Mais reste fidèle au serment d’Hippocrate.
  • 05_hotel_dieu recadrée
    Ce sans-papiers a avalé une lame de rasoir au Centre de rétention de Vincennes. Il insulte et crache sur les policiers, qui tentent de le maîtriser.
  • 07_VB02303
    Les policiers lui fixent des courroies de contention, après accord du psychiatre.
    J’apprendrai ensuite qu’il a traversé la Méditerranée en barque, ils étaient 19 dont son petit frère qu’il a entraîné, il est le seul rescapé. Sa mère ne veut plus le voir.
  • 11_VB01888
    Cet homme, arrêté en possession de 30 kg de cocaïne, partira en prison. Ainsi en décide le juge des libertés et de la détention à l’issue de cette audience qui réunit aussi procureur, avocat, traducteur et greffière.
  • 13_VB01745
    Si une boulette éclate, c'est l'overdose et la mort quasi-immédiate. En cas d'occlusion intestinale, ils sont opérés.
  • 14_VB01737
    Les bouletteux gagnent entre 2 et 3.000 euros par passage et risquent deux à trois ans de prison ferme. Ils agissent parfois sous la menace, souvent pour faire vivre leur famille.
  • 08_VB01694
    L’OPJ, l’officier de police judiciaire, mène son interrogatoire dans la chambre de ce gardé à vue, et rédige son procès-verbal d’audition.
  • 080
    Il pèse les boulettes et en coupe une pour analyser son contenu. Dans le meilleur des cas, elles sont recouvertes d’un film en latex thermo soudé. Parfois d’un simple adhésif. Elles ont été ingérées après avoir été plongées dans la cire pour faciliter le transit.
  • 081
    Elles sont placées sous séquestre. Le juge se déplacera ensuite pour décider d’une éventuelle mise en détention.
  • 10_VB02253
    Le scan du ventre d’un Espagnol qui contient 24 boulettes. En moyenne, ils en transportent entre 70 et 80, l’équivalent d’un kilo, 112.000 euros.
  • 09_VB02263
    Un scan de contrôle. Les porteurs de boulettes restent à Cusco jusqu’à leur évacuation totale.
  • 16_VB02300
    Au menu ce soir : poireaux vinaigrette, tomates farcies, riz, fromage et pain.
  • 17_VB01724
    Les journées s’écoulent lentement. Pas de télévision, pas de visites. Les malades sont souvent prostrés, victimes de la barrière de la langue.
  • 20_VB02202
    Moment de pause pour l’aide-soignant.
  • 21_VB01706
  • 18_VB01752
close

Cusco : c’est le nom donné à la "Salle médico-carcérale" de l’Hôtel-Dieu, à Paris, où sont  placés les gardés à vue dont l’état de santé nécessite une hospitalisation. Ils sont 1.000 par an. Trois quarts de malades victimes de pathologies comme le diabète ou l'hypertension, un quart de ceux que l'on appelle ici les "bouletteux", ces mules venues d’Afrique ou d’Amérique du sud le ventre chargé de cocaïne pure.
Un lieu où se croisent le monde médical, judiciaire et policier.
Un lieu de solitude, hors du temps.

Pour lire les légendes, il faut maintenir la souris sur les photos. Et cliquer pour passer à l'iamge suivante.

Reportage réalisé dans le cadre du tournage de "Garde à vue à l’hôpital", un documentaire de Dominique Lenglart, diffusé le 12 octobre 2010 à 20.40 sur France 5.